HALIL KARADUMAN AU FESTIVAL DU MALOUF,Skikda 2007

Publié le par Mohamed SAADAOUI

Ayant été un des organisateurs du festival du Malouf qui s'est déroulé à Skikda entre le 20 et le 27 juillet et qui a vu défiler un certain nombre de groupes de différents pays (Tunisie, Syrie, Turquie, Libye et Espagne), je devais forcément faire un compte rendu pour les lecteurs de mon blog. Je n’ai pas pu le faire avant en raison d’indisponibilité, Désolé. Je vous présenterai lors du prochain article, un compte rendu avec photos de tous les groupes participants avec quelques commentaires et espère des réactions de votre part.

 

 

 
Le sujet d’aujourd’hui est la présentation du maître du qanun et compositeur turc, Halil KARADUMAN (prononcer Khalil). Le choix de commencer par ce musicien n’est sûrement pas  fortuit. D’abord, parce que c'est un musicien hors normes, il a eu, par conséquent, le plus grand succès à Skikda et provoqué l’admiration de l’ensemble des musiciens présents (algériens et étrangers), ensuite, parce que c’est mon ami et mon professeur actuel de qanun.



   Halil KARADUMAN au théatre régional de Skikda


Halil KARADUMAN est né en 1959 à Urfa Birecik, au sud est de la Turquie.

Il commence la musique et l’apprentissage du qanun dès l’âge de 5 ans auprès de son père qui est également joueur de qanun.

Halil-avec-son-p--re--23-Avr-1962-copie-1.jpgHalil, 3 ans , avec son père et son 1er maitre du qanun


Après le lycée, il s’installe à Istanbul en 1977 et poursuit ses études de musique à l’université technique d’Istanbul « Istanbul Technical University State Conservatory ».


Halil au qanun, au conservatoire, 1979



Après avoir obtenu son diplôme avec mention très bien, Il prend place dans le monde du showbiz en tant que musicien d’abord, puis compositeur et chef d’orchestre. Il a travaillé avec de célèbres artistes tels que Zeki Müren, Bülent Ersoy, Müzeyyen Senar, İbrahim Tatlıses, Sezen Aksu, Zülfü Livaneli.




Halil-avec-Ibrahim-TATLISES--Ankara--Fev-1982-copie-1.jpg
Le célèbre chanteur turc Ibrahim TATLISES
Halil, 23 ans, au qanun, 1982




Halil-avec-Gonul--Akkor-Stardust--en-92.jpgAvec la chanteuse Gonul AKKOR, en 1992,
Halil KARADUMAN au qanun

 

Il a, également, travaillé avec différents orchestres et musiciens à l’étranger. D’autres parts, il a formé de nombreux musiciens à travers les master class organisés lors de ses déplacements à l’étranger pour donner des concerts.



Master-class-de-Kanun.jpgSéance de master class de qanun, en marge du festival du Malouf à Skikda


Du 30 Juillet au 05 août 2007, il a dirigé, à Istanbul, l' atelier d’enseignement du qanun aux élèves étrangers déjà initiés, sanctionné par un certificat. Ont participé à ce master class des tunisiens, des koweitiens, des grecs et un algérien (votre serviteur). Parallèlement au master de qanun, la fondation FUNDADUNDAR, organisatrice du séminaire, a organisé des ateliers pour luth, violon et ney.



Mohamed-et-son-maitre-du-qanun.jpgHalil  KARADUMAN et Mohamed SAADAOUI, à Skikda

 


Pour écouter l'ensemble  turc dirigé par Halil KARADUMAN
interprétant le célèbre Sama'i Shedd Araban
du célèbrissime compositeur ottoman
Tanburi Cemil Bey (1873-1916) 
au féstival du Malouf 2007 à Skikda, 
cliquez sur le bouton de marche de la vidéo. Un pur bonheur.
Si la vidéo pose problème
Cliquez ici.

Halil KARADUMAN a sorti, dernièrement, une méthode de qanun (livre avec DVD) dans laquelle, certaines techniques sont abordées pour la première fois et les explications sont traduites en anglais, ce qui est également une première pour les méthodes d'instruments turcs.


Afin de mieux connaitre Halil KARADUMAN, je vous propose une de ses interviews par un journaliste turc.

Interview avec Halil KARADUMAN
par Tuncay Yalın

Traduction: Mohamed SAADAOUI

 
Quel est votre style de musique?


 
Quelle est votre composition favorite?


Ma composition favorite est “Bahar Yoruldu” qui est une chanson dans le maqam Segah. Les paroles ont été écrites par A. Selçuk İlkan. J’ai composé cette chanson une heure après avoir lu le texte. C’est la composition la plus rapide que j’ai realisée.
 

   Quelles sont les conditions nécessaires à la composition?

 

Le compositeur doit non seulement savoir jouer d’un instrument de musique mais aussi connaître le folklore et la culture de sa communauté. Composer veut dire également connaître les compositions classiques, la poésie et les formes musicales anciennes, parallèlement au fait d’être un bon musicien. Nous devons, également, faire attention aux règles prosodiques  spécifiques au langage turc, en d’autres termes, chanter avec le cachet turc que certains ne respectent pas. 

     

Quelles sont les caractéristiques des poèmes sur lesquels on pose une musique?

  Nous ne pouvons voir chaque poème comme une chanson. Comme le proverbe dit : “ Si la prose marche, le vers dance”. Un bon poème est lui-même porteur de structure mélodique. Le point le plus important dont il faut tenir compte est d’exprimer le message avec la manière la plus courte, la plus facile, la plus remarquable et la plus mémorable possible.


 

 Que pensez vous de la musique turque ancienne et récente ?

  Comme dans chaque style musical, la musique turque évolue avec  le mode de vie de l’époque. Il y’a 50 ans, les habitations étaient en bois, les animaux constituaient le mode de transport, etc. Actuellement, c’est très différent, nous devons donc adapter la musique turque à la structure sociale de la population. Les messages exprimés doivent être courts, concis et facilement mémorisables. Parfois, dans une chanson,

 

l’utilisation d’un seul mot du langage courant suffit à capter le public et à transmettre un message.


Enfin, je vous propose de découvrir, Halil karaduman, chanteur. Il s'agit d'une chanson de sa composition intitulée "Leyla" . C'est un véritable régal, je vous laisse le soin de le confirmer.


 


 




Je compose dans le style classique et populaire et selon l’évolution de la musique turque. Une de mes dernières compositions est «  Selami Sahin’s Deli Eder » qui est une mélodie populaire turque. 
  
Revenons aux ateliers de master class d'Istanbul de l'été 2007, le grand mater de luth Yurdal TOKCAN, en tee-shirt blanc, en face sur la photo, a enthousiasmé ses élèves à qui il a, au moins, donné  l'envie de travailler pour pouvoir espérer, un jour, devenir comme lui, pourquoi pas.
En fait, un master class d'une semaine ,à raison de 4 heures par jour, est utile surtout pour  l'apprentissage d'une véritable méthode afin d'apprendre les techniques de l'instrument, sans quoi le musicien ne peut prétendre développer un jeu d'une grande qualité. En fait, tous les exercices techniques appris doivent être répétés quotidiennement, autrement dit, le travail  doit impérativement continuer.


Atelier  de luth dirigé par l'un des meilleurs luthistes turcs, Yurdal Tokcan

Pour écouter et  voir le jeu du maitre du luth Yurdal TOKCAN interprétant un taqsim (improvisation libre) dans le maqam Saba, ouvrez la vidéo suivante.
 

 

 
 


Pour l'atelier de violon, le nombre d'élèves était de quatre seulement, un élève syrien, deux koweitiens et un turc de Belgique.Le master Baki KEMANCI, en chemise mauve, a également épaté ses élèves par sa haute technique instrumentale.
 
Atelier de violon dirigé par un excellent violoniste BAKI Kemanci

Pour écouter BAKI Kemanci et avoir une idée de sa dextérité, ouvrez la vidéo suivante. Vous constaterez qu'il joue plutôt une technique instrumentale qu'une pièce à proprement parler. J'ai choisi celà dans le but d'expliquer aux septiques que sont la plupart de nos musiciens traditionnels que l'apprentissage de méthode de violon ou autre ne veut nullement dire  préjudice pour notre musique. Les gens qui pensent ainsi sont aussi les mêmes qui sont contre l'ouverture, l'enrichissement et  l'écriture de la musique. Vous remarquerez sur la photo que  tout le monde  a une partition devant les yeux. Pour apprendre une méthode, il faut connaitre impérativement le solfège ( c'est à dire les règles de la musique qui vous permettent de communiquer en musique) pour pouvoir continuer à travailler seul en suivant les indications portées sur les manuels d'exercices.

 


 



Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zahia boumaïza 19/08/2011 23:33


Fabuleux, un vrai bijou ton blog...puis riche d'informations. Merci, tu sais quoi ? il me donne envie de travailler plus encore toutes ces belles musiques, les SAMAÏ sont magnifiques, des pièces à
sculpter dans la mémoire


sonja 09/12/2007 18:15

Coucou Mohamed,
Merci pour tes visites quotidiennes et si généreuses.
Alors, si tu veux avoir des commentaires sur toutes les photos de mes vacances en Algerie, va fouiller dans la catégorie "voyages", et tu saura où je suis allée, dans les détails. Et concernant l'Algerie, il y a, rien que pour mon séjour là bas, 11 pages. Alors, si tu es curieux, tu pourra donc voyager à travers mes récits.
Les photos aléatoires que tu as vu, elles sont là pour aller ensuit plus loin sur mon blog.
Ta reflexion m'a fait énormément rire.
Mais je crois bien que tu vas rire toi aussi, en lisant peu à peu mes presque deux mois passés en Algérie, il y a deux ans...
Tu devras donc prendre mon blog à l'envers.
Je te souhaite une bonne lecture, et te dis à très bientôt de te retrouver dans mon petit monde.
Bonne soirée
Pensées amicales

sonja 19/11/2007 05:41

Bonjour Mohamed,
Depuis deux jours j'essaie de déposer des commentaires sur ton blog. Je t'ai aussi envoyé un courrier mail qui m'a été retourné.
Cette machine a décidé de me jouer de vilains tours durant le week end. Certaines photos ont elles aussi disparues. Je ne vois qu'une croix à la place.
Ceci dit, j'ai enfin pu lire ton texte sur Halil Karaduman, qui a déjà une jolie carrière derrière lui. Son interview révèle qu'il est lui aussi, précis et minutieux au niveau de la musique.
Que ce soit l'atelier de luth ou autre, voilà que cela demande un travail de tous les instants. Du sérieux dans l'apprentissage de la technique de l'instrument également.
C'est vraiment le monde de la musique dans tout ce qu'il réuni de merveilleux.
Le violon est un instrument tout aussi magique. J'aime !
Tout comme tu le fais remarquer, l'apprentissage de la méthode d'instruments différents ne peuvent porter préjudice à la musique traditionnelle. Je pense aussi qu'elle apporte un plus. Une partition est une excellente chose pour avoir une meilleure maitrise dans le domaine.
C'est une vraie montagne de précisions que tu nous offre quand à l'approche de la musique, pour ceux qui n'ont que l'oreille, tout comme moi, à ce niveau.
Et je suis en train d'écouter en même temps, la magie des instruments dirigé par Halil Karaduman. Quelle énergie dans le mouvement et dans la concentration de son propre instrument. Cet homme a de la magie au bout de ses doigts... en plus, il a une voix aux belles modulations. Ce monsieur met tout son coeur dans la maitrise de son instrument et dans sa chanson "Leyla"
C'est un vrai délice mental. Excellent. Un plaisir pour l'oreille.
Merci Mohamed. Ton blog est richement construit.
Ce fut un vrai régal. Une pose merveilleuse.
A très bientôt
Je te souhaite une excellente semaine.
Pensées
Sonia

Mohamed SAADAOUI 21/11/2007 14:44



Merci Sonia pour ta fidélité au blog et pour tes commentaires perspicaces comme d'habitude. Comme tu l'as signalé, il y'avait effectivement un problème avec les
photos qui n'apparaissaient et un autre  avec la première vidéo. J'ai intervenu pour solutionner le problème et merci de me l'avoir signalé. Un commentaire comme les tiens ça donne chaud au
coeur encourage à donner encore. Pour tout le travail fait, il y'avait que ton commentaire. Pour le reste des visiteurs, je ne sais pas s'ils sont passer juste pour voir ou s'ils sont passés sans
voir quoi que soit.
A bientôt